Victor Démé (1962-2015)
(Burkina Faso)

Djembe
Biographie
Victor Démé chante depuis 30 ans, et pendant ces longues années, il lutte pour se lancer dans le monde de la musique. Il a appris à chanter par sa mère qui, étant griotte, chantait dans les années 60 aux mariages et baptêmes dans la ville de Bobo-Dioulasso. Son père est marka, un sous-groupe ethnique qui est réputé pour le métier de la couture en Afrique de l'ouest. Plusieurs membres de sa famille travaillent comme tailleur, et Victor se retrouve dans l'atelier de son père à Abidjan. Les soirs, il chante dans les petits clubs dans la capitale ivoirienne, accompagné par de différents groupes, dont le plus connu est le Super Mandé d'Abdoulaye Diabaté.

En 1988, Victor retourne au Burkina Faso. Il avait juste 26 ans et plein d'énergie et il espérait bénéficier d'une renaissance culturelle initiée par le président Thomas Sankara, qui, lui, était un grand amateur de musique. Sankara avait été assassiné en 1987, mais il avait laissé plusieurs moyens de promouvoir l'expression culturelle. Victor Démé a pu remporter des concours, tels qu'un concours de talent au Centre Culturelle Franco-Burkinabe en 1989 à Bobo, et pendant la Semaine Culturelle Nationale en 1990. Il avait été invité pour chanter avec les groupes comme Echo de l'Africa et le Suprême Comenba. Mais la vie lui préparait des contretemps et pendant une certaine période Victor a dû s'abstenir de la musique. Au moment d'un retour escompté sur scène, les choses avaient changé et le climat artistique avait durci. Pour gagner sa vie, il a dû se replier sur la couture, même si parfois il chantait dans les bars locaux où on lui demandait de chanter des tubes d'autres artistes tels que of Salif Keita ou de Mory Kanté.

Ce n'est qu'en 2005 les choses évoluent pour Victor. Il rencontre Camille Louvel, le manager de Ouagajungle, un bar associatif à Ouagadougou, et en 2007, le label Chapa Blues Records a été créé pour promouvoir la musique de Victor Démé. Dans un studio improvisé dans un deux-pièces séparées par un pare-brise d'un camion, Victor se met à travailler et il y enregistre des chansons qu'il avait composées pendant des années. C'est donc ainsi que Victor, la quarantaine, sort son premier album, rempli de mélodies mandingues, du blues et du folk.



Victor Démé
Victor Démé 

Musiciens dans son premier album :
Victor Démé chant lead (toutes les chansons), guitare acc (7), guitare solo (2) ;
Sanon Seraphin guitare acc (2) ;
Issouf Diabaté basse, guitares (acc et solo) (3, 4, 5, 6,9, 10, 11, 12) ;
Seydou Barro (Sembadou) basse, guitares (acc et solo) (8) ;
Lahbairi Fayçal percussions (3, 5, 6, 7, 9) ;
Afrofayçal percussions (11) ;
Levy Kafando piano (3, 5) ;
Sekou Dembele conga (3, 10) ;
Lionel Riou trombone (7) ;
Tim Winsey arc à bouche (13) ;
Ali Diarra balafon (14, 15), calebas et tama (6), choeurs (6, 15) ;
Salif Diarra kora (15), n'goni (14), choeurs (6, 15) ;
Simpaflute (Winsé Payaissédé) flûte (15).


Né : 1962, comme Victor Saïbu Démé, décédé le 21 septembre 2015
Style : blues mandingue, folk


Discographie
Titre  Année   Maison de disques   Remarques 
Yafaké 2015 World Village
Hinè Ye Deli Lé La 2010 Naïve Egalement connu sous le titre « Deli »
Victor Démé 2008 Chapa Blues Records CPCD01 (Makasound)

Sources
Infos pochette CD

Page ajoutée en juin 2008
Valid CSS!